Série Beloved

“Icare” série Beloved (les précieuses)

  • 25 janvier 2022

Icare est sans nul doute ma création la plus riche de symboles à l’instant où je t’écris.

Comme toujours au départ une vision, une image qui se fait évidence au cours de sa naissance. Puis tout au long des étapes de sa réalisation, la sculpture m’impose ses propres choix. A la toute fin, toutes les pièces du puzzle s’assemblent et je découvre alors que chaque détail avait son importance, surtout ceux que je n’avais pas perçus moi-même et qui me sautent alors au visage.

Icare voulait fuir le labyrinthe grâce à des plumes collées à la cire sur ses bras. Grisé par son envol, à trop vouloir s’approcher du soleil, ses ailes ont fondu et sa chute l’a précipité dans la mer.

Dans cette création, Icare prend l’aspect d’une femme qui retranscrit l’histoire la plus personnelle et la plus transformatrice de ma vie.

Icare est un pantin désarticulé qui a perdu son âme, éblouie par un astre, symbolisé ici par le chaton d’une bague de fiançailles ornée de diamants, entourant une émeraude en son coeur. Cette bague trace déjà les contours de ce qui deviendra le symbole de Cosmical et ses minéraux aux formes sphériques.

Icare se brûle en découvrant l’envers du décor de ce faux soleil et plonge dans des abîmes de souffrance. Le soleil se fissure de toutes parts tandis qu’elle réalise porter un collier en or autour du cou, tandis qu’elle s’empêtre dans ses dentelles de jeune mariée. Elle se croit perdue, trahie, sacrifiée, abandonnée.

Elle entame une chute vertigineuse, interminable, qui métamorphose son corps tout entier, suivie d’une éblouissante résurrection lorsqu’elle découvre enfin le pouvoir de l’amour en toute chose.

La vérité se dévoile. Elle n’a jamais chuté, elle n’a jamais été seule, elle a toujours été retenue par des fils qui la soutenaient chaque instant. Ses pieds percés lui rappellent symboliquement cela.

Le soleil se reconstitue à l’or, sublimé, rayonnant alentour, éclairant de beauté le moindre relief, porté par la sagesse du chêne. Les dentelles et les ficelles se mélangent pour former la longue traîne d’une mariée qui s’épouse et peut laisser sa trace dans le ciel. Le visage se fait serein. Le véritable voyage peut commencer, celui de l’attrape-rêves qui les concrétise tous.